UPRA Calédonie Sélection Contactez-nous

CONTACTS

UPRA Équine

Route Territoriale 1, Port Laguerre

B.P. 46 98890 Païta

46 68 48

Sites : www.esirecal.nc

Démarches en ligne Esirecal : www.web-esirecal.nc

Retrouvez également l’UPRA Equine sur Facebook : https://www.facebook.com/upraequine/

Les Races et Stud-books

L’élevage calédonien est marqué par des influences de divers horizons, par ses relations historiques et culturelles, mais aussi par les différentes utilisations des chevaux. On retrouve ainsi des races européennes, destinées aux courses et aux sports hippiques, et des races d’origines américaines, notamment utilisées pour le travail du bétail et l’équitation western.

Races Américaines

Les indiens nez percés ont été les premiers à sélectionner ces chevaux. Ils recherchaient des qualités de puissance, d’endurance et de vitesse, et appréciaient les chevaux colorés ayant peu de crins (plus pratique en terrain accidenté).

Quatre traits sont caractéristiques de la race :

  • la peau marbrée autour de la bouche et des naseaux, des parties génitales également marbrées,
  • le blanc de l’œil (sclérotique) bien visible,
  • les sabots striés,
  • la robe tachée, avec une grande variété de couleurs et surtout de taches qui font la singularité de la race. Cependant, cette caractéristique n’est pas obligatoire. Un quart des poulains naissent « solid » (unis).

Depuis 2003, le gène responsable des robes tachetées (léopard-Lp) a été identifié, ce qui permet d’orienter les éleveurs dans le choix de leurs reproducteurs.

L’Appaloosa est un cheval très polyvalent qui peut être utilisé dans un grand nombre de disciplines aussi bien Western que Classique, Reining, Barrel Racing, ou dans les épreuves de Hunter. Plus généralement, son tempérament froid et sa rusticité en font un cheval idéal pour l’équitation d’extérieur en loisir, en compétition, ou encore pour le travail du bétail.

COMMISSION APPALOOSA UPRA EQUINE ELUE EN 2019 :

PRESIDENT : Mr. Yannick OLLIVIER

MEMBRES : Mrs. Christian FAYARD et Mathieu NATUREL

App Championne ucs

Le stud-book du Paint Horse s’est constitué au Texas en 1962 avec des animaux présentant une robe marquée de blanc et la conformation typique des chevaux de travail (stock-horse), commune aux Quarter Horses. Les Paint Horses sont depuis lors strictement génétiquement identifiés.

Chaque Paint Horse a une combinaison particulière de blanc avec n’importe quelle couleur de robe : noir, bai, brun, alezan, grullo, crème, palomino, gris ou rouan. Les marques blanches sont bien définies sur le plan visuel mais aussi sur le plan génétique. On distingue ainsi les robes ovéro, tobiano, tovéro ou sabino. Le Paint Horse peut être également “solid”, lorsque la robe ne présente pas suffisamment de blanc.

La conformation, l’intelligence naturelle et d’habiles dispositions font du Paint Horse un partenaire très polyvalent, idéal en équitation de loisir ainsi qu’en compétition western (halter, pleasure, reining, travail du bétail…). Il est également parfaitement adapté à l’équitation d’extérieur et à l’équitation classique.

COMMISSION PAINT HORSE UPRA ELUE EN 2019 :

Présidente : Melle. Leslie PASQUIER

Membres : Mmes. Laurence LE BEGIN et Nathalie CHIARAVIGLIO

PH ucs

L’origine de la race remonte à l’époque de la colonisation de l’Amérique, alors que les colons cherchaient à avoir des chevaux les plus rapides possible pour s’illustrer dans les courses. Pendant 150 ans, les chevaux issus de ce croisement s’illustrèrent dans ces courses, qui avaient lieu dans les rues des villages sur une distance d’un quart de mile, d’où le futur nom de « Quarter Horse». Des passionnés croisèrent ensuite des étalons Purs Sang Anglais avec ces juments, puis avec les Mustang du Mississipi, créant ainsi le Quarter Horse.

L’American Quarter Horse Association (AQHA) s’est constituée en 1941 au Texas, et compte environ 4 millions de sujets de par le monde, soit le plus gros effectif toutes races confondues.

 

Le Quarter Horse est un petit cheval compact et très musclé. Il est doté d’une arrière main particulièrement développée et puissante. C’est un athlète qui se distingue par sa rapidité sur courtes distances. Toutes les robes de base sont admises.

Utilisé pour le travail du bétail, il est également présent dans toutes les disciplines western : reining, western pleasure, cutting,… Il peut permettre par ailleurs de découvrir de très nombreuses disciplines, dans tous types d’équitations.

C’est une des races les plus répandues en Nouvelle Calédonie, et qui représente environ 15% des naissances déclarées à l’UPRA Equine.

COMMISSION QUARTER HORSE UPRA ELUE EN 2019 :

PRESIDENTE : Melle. Leslie PASQUIER

MEMBRES : Mrs. Richard et Christian FAYARD, Karl WILLEMOT et Mathieu NATUREL

Equitation Quarter Horse

Races Européennes

L’Arabe est une des plus anciennes races. Il est à l’origine de la race Pur-Sang en Angleterre, et croisé de nouveau avec ce dernier au XIXè siècle, il a permis la création de la race anglo-arabe en France.

Il porte à la tête les signes qui confirment la noblesse de sa race : front large, profil rectiligne ou concave, oreilles courtes, bien dessinées et mobiles, yeux grands, naseaux très ouverts et finement dessinés, ganaches écartées, lèvre inférieure courte et petite. La tête, très distinguée, est portée par une encolure longue et peu épaisse, aux crins très soyeux.

Esthétique, résistant, endurant et attachant, l’Arabe est encore peu utilisé dans le domaine sportif bien qu’il fasse preuve d’aptitudes au dressage et au saut d’obstacles. Il est très recherché pour l’équitation de loisir. Son domaine de prédilection est la course d’endurance.

L’Arabe joue un rôle primordial dans l’amélioration de nos races de chevaux, aussi bien lourds dans le passé, que de sang encore aujourd’hui.

arabe ucs

Sélectionné pour ses aptitudes à la vitesse, le Pur-Sang Anglais domine les courses depuis la création de la race à partir de chevaux orientaux et de juments anglaises. C’est un cheval longiligne, donnant une impression d’ensemble très harmonieuse et athlétique. L’épaule est longue et oblique, permettant l’amplitude nécessaire des foulées au galop.

Il est élevé prioritairement pour les courses de sport hippique, et sont souvent croisés à d’autres races de chevaux pour en modifier le modèle ou en créer de nouvelles. Ils participent ainsi à la formation de l’Anglo-arabe, du Selle français, et de nombreux chevaux de sang.

Il représente à lui seul 30% des naissances déclarées à l’UPRA Equine, montrant l’importance des courses hippiques et de l’attrait pour cette race.

PS ucs

Le Selle Français, qui évolue avec succès sur la scène sportive internationale, est le fruit d’une longue sélection. Il est présent sur l’ensemble des continents, avec une génétique diversifiée et de qualité.

Par la diversité de ses origines, le Selle Français ne possède pas réellement de modèle standard. C’est un athlète, alliant modèle et intelligence, naturellement doté d’une bonne capacité d’apprentissage.

Le Selle Français s’est imposé comme l’un des meilleurs chevaux au monde pour les compétitions de saut d’obstacles et de concours complet. En compétition de dressage, les performances du Selle Français se multiplient chaque année un peu plus, sans oublier la voltige, l’attelage ou le TREC. C’est également un merveilleux compagnon pour l’apprentissage et l’équitation de loisir.

Le Selle Français représente plus de la moitié des juments présentes à l’étalonnerie chaque année, démontrant le dynamisme de cette race pour l’amélioration et la diffusion de ses individus.

Upra equine

L’intérêt pour les courses de trot ne cesse de croître, et la sélection sur la vitesse à cette allure n’a donc fait que s’intensifier. Stimulé par la réussite des produits français tant sur les hippodromes de France que lors des grandes courses étrangères, l’élevage du Trotteur Français s’est considérablement développé.

Le Trotteur Français n’a pas de standard. Certaines caractéristiques se retrouvent chez tous les sujets de la race : une tête rectiligne, le sternum proéminent.

Le Trotteur Français conserve de son ascendance normande de la charpente et de l’ampleur, mais avec de plus en plus de sang.

Les chevaux considérés comme inaptes à la course sont orientés bien souvent vers les autres filières traditionnelles, à savoir l’équitation de loisir, le tourisme équestre, ou les concours hippiques.

Les ânes sont principalement présents dans les Iles Loyauté, où le contexte est singulier : le cheptel équin y est peu important et les activités hippiques très limitées. Toutefois, on trouve sur l’île de Maré une population asine suffisamment notable pour conserver l’intérêt de la Province des Iles Loyauté de voir ce cheptel se développer.

Dans le cadre très spécifique de ce projet conservatoire de l’âne de Maré, l’UPRA Equine a été étroitement associée dès sa constitution aux actions menées par la Province des Iles, afin de répondre aux besoins techniques en matière d’amélioration génétique.